Abonnez-vous et recevez l’essentiel de l’actu par mail chaque semaine

Clic et plume

Hommage….

Il quitte les siens en 1941.. traverse les Pyrénées en vélo.
Emprisonné en Espagne, il s’évade pour rejoindre de Gaulle à Londres.
Vite, il devient l’un des trois lieutenants du Général de Boissieu, rejoignant le Maroc, via la Libye, l’Egypte et l’Algérie.
Chef d’un peloton de char, il a pour mission d’assurer la protection du Général Leclerc au sein de la 2ème DB.
Le 25 août 1944, il est l’un des premiers à entrer dans Paris pour sa libération (prise du Sénat).
Objectif principal : bloquer les chars allemands “Panzer” pour permettre au gros des troupes du Général Leclerc de libérer la capitale.
En novembre 1944, son char, “le Chemin des Dames”, est pulvérisé par un obus allemand tuant tous ses camarades.. blessé, il se traîne hors du char et reste une vingtaine d’heures dans la neige, le sang gelé par- 20°!
Rapatrié, la guerre est terminée pour lui.
Il fait partie de ces combattants discrets dont on parle peu mais qui ont sauvé la France au péril de leur vie.

Mon père était l’un d’eux..
Mon père..ce héros !

“Paris libéré, Paris photographié..” Musée Carnavalet. Paris

Chronique publiée le 24 août 2014
Lire le commentaire
Il y a un commentaire

    Un heros qui s est egalement inspire d une devise : “les optimistes ont toujours raison”

    Commentaire par Stef le 27 août 2014

Leave a comment